Le Paris Volley passe la vitesse supérieure !


Une semaine, trois matchs, deux visages ! Après leur victoire à Poitiers le week-end dernier (3-2), nos parisiens se déplaçaient mardi à Sète, et recevaient l’AS Cannes hier soir à Charpy, le champion de France 2021. Un rythme infernal ! Enchaîner 3 matchs en 1 semaine avec 2 déplacements est toujours délicat. L’intensité des rencontres, le manque de récupération et les déplacements jouent sur les organismes, et parfois les ressources sont difficiles à trouver pour faire face à des adversaires de haut-niveau. Ce fût le cas contre l’Arago de Sète ce mardi où les parisiens ont été impuissants du début à la fin (3-0). Un match « sans », la tête sous l’eau, étouffé par le jeu des sudistes. Le coach Dorian Rougeyron aura bien essayé toutes les formules possibles, mais ce jour-là rien à faire. Un cas rare dans la saison des parisiens, tant ils nous ont habitué à combattre coûte que coûte ! Hier soir, dans une salle Charpy une nouvelle fois bien remplie (1300 spectateurs), nous attendions tous un Paris Volley déterminé, prêt à en découdre. Mais l’entame de match est terrible ! Certainement affectés par la défaite à Sète, les parisiens en manque de confiance ne retrouvent pas leurs automatismes, et laissent les cannois imposer leur volley (15-25).

Oui ! mais voilà cette équipe 2021/2022 du Paris Volley a une force collective capable de retourner des situations qu’on aurait pu penser perdues. Quand tous les joueurs commencent à « prendre feu » et à jouer ensemble avec un état d’esprit conquérant, cette équipe peut rivaliser avec n’importe laquelle. Pendant 3 sets consécutifs, nous avons assisté à un spectacle de haut-niveau qui a régalé tous les supporters présents à Charpy. Face au défi cannois, les parisiens ont su au fil du match installer leur jeu et aller chercher 3 points très importants dans la course aux playoffs (25-22 / 25-22 / 25-18 ). Il aura été difficile de désigner un MVP hier soir, tant chaque joueur a réalisé une superbe prestation. Ça aurait pu être Nico Mendez le moteur de l’équipe avec son énergie insatiable, Ben Diez une nouvelle fois omniprésent et maitrisant sa base arrière à la perfection, Renan Michelucci avec ses 3 aces ou David fiel qui monte en puissance match après match … Mais c’est finalement le jumper serbe Miran Kujundzic qui remporte le trophée : 23 points, 56% à l’attaque, 1 ace, 3 blocks. Colossal ! Les parisiens vont pouvoir souffler un peu avant de se déplacer le week-end prochain à Tourcoing, et de recevoir Cambrai le mardi 22 février à Charpy. Prenez vos places ! https://www.parisvolley.com/billetterie

Ensemble, PARIS ! 🔵⚪️🟣