Vous prendrez bien une Coupe

28 novembre 2017

Le Paris Volley accueille Ajaccio, mardi 20h à Charpy, pour les huitièmes de finale de la Coupe de France.

Comme on se retrouve ! Dix jours après le déplacement des joueurs de la capitale en Corse, le Paris Volley affronte à nouveau Ajaccio mais cette fois-ci pour le compte de la Coupe de France. Cela faisait bien longtemps que les hommes de Dorian Rougeyron n’avaient accueilli leur adversaire en coupe nationale. La faute à un règlement de la Fédération qui oblige les équipes françaises évoluant en Ligue des Champions de se déplacer pour les matchs de Coupe de France. C’est donc de nouvelles effluves que vont découvrir les spectateurs de la salle Charpy, ce mardi soir. Pour ce huitième de finale, comme pour tous les autres tours de Coupe d’ailleurs, il n’y aura pas de possibilité de se récupérer en cas de défaite. Seule la victoire sera belle car c’est un match à quitte ou double. Le vainqueur sera qualifié pour les quarts de finale.
Et depuis dix jours, où en sont les deux protagonistes ? Le Paris Volley s’est bien repris en Corse après deux défaites consécutives. Les coéquipiers de Nuno Pinheiro ont battu les Gaziers avec autorité 3 sets à 1. Une victoire nette et sans bavures avec une attaque parisienne efficiente à l’image des 27 points de Wouter Ter Matt et des 23 de Roland Gergye. Jeudi dernier, les Parisiens ont confirmé leur bon passage en atomisant Nice en 3 manches très sèches avec le bon retour de blessure, au centre d’Ardo Kreek, et un Franck Lafitte incandescent au block.
Si le soleil est donc revenu pour la formation de la capitale, il s’est franchement assombri dans le camp du GFC Ajaccio. Après la défaite à domicile contre Paris, les Gaziers se sont inclinés à Tourcoing, le week-end dernier, pour leur plus long déplacement. Une défaite au tie-break alors que les coéquipiers de Jean-François Exiga espéraient revenir avec une victoire eux qui étaient invaincus en déplacement et que le promu n’avait pas encore gagné à domicile. Après la rencontre le coach ajaccien Frédéric Ferrandez a avoué dans le quotidien Corse-Matin que le match avait été « compliqué. Offensivement nous avons éprouvé des difficultés à terminer nos actions. Il nous a manque de la constance. »
Les Insulaires ont de la ressource, tant physique que morale, pour pousser les Parisiens dans de longs efforts. Ils ont prouvé en championnat en allant au tie-break lors de leurs quatre déplacements. Avec trois victoires à Toulouse, Nice, Nantes-Rezé pour une défaite, à Tourcoing samedi dernier, Ajaccio sait jouer avec les nerfs de ses adversaires. Les Parisiens sont prévenus. Ce sera aux hommes de Dorian Rougeyron de savoir abréger la rencontre, lorsque les occasions se présenteront, pour reprendre une Coupe.

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.