Une place en demi-finale...

06 avril 2019

Samedi, le Paris Volley cherchera  à confirmer l’avantage pris à l’aller et à se qualifier pour les demi-finales.

En gagnant à Avignon, 3/0, le week-end dernier, Paris s’est placé en situation favorable pour aller récupérer en deux matchs le ticket pour le tour suivant des playoffs. En cas d’échec sur ce match, il y aurait un match d’appui dès dimanche. Mais ne le cachons pas, cela serait une énorme contre-performance et enverrait ainsi les parisiens dans une belle où la pression aurait changé de camp. 
Autant dire que ce n’est pas le souhait de Julien Lavagne et des coéquipiers. Le stabilisateur parisien, qui abat un travail énorme sur les postes arrières, nous livre son sentiment : « on est arrivé à un stade de la saison où tout le monde a trouvé sa place et on se connaît parfaitement les uns les autres. Donc ça nous donne une stabilité. Ça doit parler sur ce match pour nous permettre de nous qualifier ».
 
Le match aller a livré quelques enseignements. Le premier est que les parisiens s’ils jouent au niveau qu’on attend d’eux, ont une forme de marge sur Avignon. Le deuxième est que s’ils laissent les sudistes s’installer dans la rencontre, les débats peuvent s’équilibrer. Ainsi lors du deuxième set, se terminant sur le score de 26/24, il aurait fallu à peine plus de réussite à un Bojovic ou à un Panou au service notamment, pour faire basculer la manche. Cela aurait-il suffit aux avignonnais pour mettre durablement Paris sous l’étouffoir, il est impossible de le dire mais toujours est-il que la question aurait flotté dans l’air de la salle champfleury.
Sur cette soirée qui s’annonce à Charlety, il est fort à parier que les visiteurs vont fonctionner avec une dose de prise de risque considérable.  Alors, à surjouer on peut vite exploser mais si cela sourit, les parisiens peuvent se mettre à s’agacer. Il leur faudrait en tout cas lutter contre cet état émotionnel potentiellement extrêmement délétère alors que même la perte d’un set ne remettrait en rien leurs qualités propres.
Mais on peut s’attendre à ce que ce diable de Martinez tente de tirer ses partenaires derrière lui pour faire tomber les parisiens dans ce piège de l’agacement prématuré.
 
Le passeur d’Avignon avait notamment stigmatisé au cours du match aller, la performance constante de Pepe Gonzalez. Le canonnier argentin sera à nouveau attendu mais comme chaque week-end serait-on tenté de dire. Et la ma[k]ina de la pampa s’en sort quasiment à chaque fois. On peut comprendre dès lors que les adversaires soient blasés de cette réussite continue...
En revanche, si l’on pouvait donner un conseil aux entraîneurs adverses du Paris volley, ce serait de ne pas prendre de temps-mort sur le service de Pepe dans l’objectif d’obtenir la faute ou un service plus contenu. Généralement, cela donne... un ace!
 
Le Paris volley sait aussi qu’il peut compter sur son passeur, Gjorgi Gjorgiev. Le macédonien est un métronome et un compétiteur. Il dit n’avoir qu’une idée en tête depuis le début de la saison et c’est bien évidemment la remontée du club parisien en Ligue A. Lui qui avait d’ailleurs signé pour évoluer à ce niveau avant d’apprendre que le club était rétrogradé administrativement. Il avait alors accepté de s’engager quand même avec le projet bien sûr d’enchaîner sur une (ou plusieurs) saison en Ligue A.
 
Celui à souhaiter plus que tout passer au tour suivant, c’est bien évidemment le coach Dorian Rougeyron. Pas seulement pour les raisons sportives qu’on imagine aisément. Mais aussi pour le fait d’avoir un nouveau déplacement à effectuer. En effet, il nous a été rapporté que  le technicien parisien était un excellent joueur de cartes et qu’il se faisait un malin plaisir à battre ses partenaires de jeu assez facilement et en ayant la « chambre » bien taquine (il aurait même une cible privilégiée dont nous préférons taire le nom). La légende urbaine serait même qu’il pourrait doubler son salaire mensuel sur un aller-retour en train de quelques heures. Autant dire qu’il doit en plus souhaiter la qualification de Saint-Jean-D’Illac si d’aventure celle du Paris volley était acquise.
 
Ce serait alors en demi-finale, et la place reste à prendre...

 

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.