Toulouse, jour de revanches

20 janvier 2018

Après sa défaite à Tours lors du Clasico du volley français il y a une semaine, le Paris Volley accueille la lanterne rouge Toulouse, samedi 20h à Charpy, avec l’ambition de reprendre sa marche en avant et d’effacer le revers en Occitanie au match aller. 


Tomber trois fois, se relever quatre. A Tours, le Paris volley a connu sa troisième défaite de la saison. Après Poitiers et Toulouse, les joueurs de la capitale ont en effet été vaincus sans combattre réellement, sans pousser le TVB dans ses derniers retranchements. « Un non-match, quoi ! » analysera dans la soirée le coach parisien Dorian Rougeyron, la faute à un service, jusque-là point fort des Parisiens, qui a fait défaut en ne mettant pas assez la réception tourangelle sous pression, sans oublier des erreurs rédhibitoires.
De son côté, les 7 derniers jours de Toulouse n’ont pas été plus fameux. Après un revers face à Montpellier en championnat, nous y revendrons, les Spacer’s ont subi à Berlin leur 3e revers en CEV Champions League. Une défaite sèche 3 sets à 0 (25-15, 28-26, 25-16) mais ce match dans la plus prestigieuse des coupes européennes n’était pas, et de loin, la priorité de la semaine du coach toulousain Stéphane Sapinart. « Notre priorité reste le championnat » a martelé le technicien de la Ville rose.
En effet, après avoir joué, et perdu, la finale du championnat face à Chaumont, l’ancienne équipe de l’actuel libéro parisien a subi l’exode de ses meilleurs joueurs, départs qui ont rendu la formation haut-garonnaise exsangue. Il faut dire qu’on ne perd pas Bram Van den Dreis, Antoine Brizard, Yacine Louati, Nicolas Rossard et le coach Cédrid Esnard, excusez de peu, sans balbutier son volley. Il fallait sans doute s’y attendre mais Toulouse a erré en fantôme de la saison passée pendant les 3 premiers mois du championnat. Et après seulement deux victoires dans la première partie du championnat, dont une face … au Paris Volley, la lanterne rouge a décrété l’état d’urgence. Le pointu belge Bram Van den Dries, qui s’était perdu (et son volley avec) en Corée du Sud, est revenu sur la place du Capitole pour remettre en peu de baume au cœur des supporters occitans. Et cela ne marche pas si mal en ce moment, toutes proportions gardées bien sûr au vu du classement.
Depuis le retour du Belge, les Spacer’s vont un peu mieux même s’ils avaient commencé à montrer des signes de (sur)vie. Ainsi, ils ont ramené un point d’Ajaccio et de Tours après avoir battu Chaumont. Si ces 3 résultats ne sont pas ceux, il faut l’avouer, d’une lanterne rouge, la défaite face à Montpellier (1-3 lors de la dernière journée de LAM) a fait plus de mal que le revers à Berlin en Ligue des champions. Il faut dire que ce jour-là, pour reprendre le titre du quotidien La Dépêche « Toulouse s’est sabordé » face aux voisins montpelliérains. Ce fût « une faillite mentale » dans un match où les Spacer’s ont « sombré corps et âme » a reconnu le coach toulousain. Cela ne vous rappelle rien ? Toutes proportions gardées, les joueurs parisiens ont livré « un non-match » à Tours, pour reprendre les termes du coach du Paris Volley.
Ce sont donc deux formations revanchardes qui vont se présenter samedi soir devant le public de Charpy. Toulouse doit ramener un point, sinon plus, de son déplacement dans la capitale alors que les joueurs de la capitale doivent effacer la défaite en Occitanie, lors du match aller, et (se) prouver que la lourde défaite à Tours n’était qu’une simple erreur de parcours. Une victoire limpide, nette et sans bavure face aux Spacer’s permettrait aux Parisiens de conserver leur place de co-leader du championnat et d’effacer deux biens mauvais souvenirs.

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.