Rougeyron : « Stahl m’a impressionné »

19 mai 2017

Avant de justifier l’arrivée du central américain Mitch Stahl, la saison prochaine au Paris Volley, Dorian Rougeyron, l’entraîneur du club de la capitale, a analysé la saison décevante de sa formation.

Dorian, avant d’évoquer la recrue de Mitch Stahl, comment qualifireiz-vous la saison du Paris Volley ?
Elle a été décevante sur son dénouement car on échoue en quart de finale des playoffs alors qu’on s’était qualifié pour la finale lors des quatre exercices précédents. La saison régulière n’a pas été la pire avec cette quatrième place (le Paris Volley a été champion la saison dernière en terminant sixième) mais on est déçu par la fin de l’histoire. Bien sûr, le Paris Volley n’a pas été aidé avec la suspension de Nuno Pinheiro, notre passeur, pour le match aller contre Ajaccio, et ensuite par les décisions arbitrales au match retour en Corse. Toutefois, je pense qu’on aurait dû faire mieux que cette élimination en quart de finale. 

Qu’est ce qu’il a manqué ?
Il nous a manqué du caractère pour renverser les montagnes car, je le répète, on pouvait mieux faire, on devait mieux faire. Avec les départs, entre autres, de Franco, Thiago Sens, Taïchiro Koga, le club est aujourd’hui en mode reconstruction. Je recherche maintenant des volleyeurs avec, entre autres profils, ce caractère qui nous a manqué.

Mitch Stahl, le nouveau central du Paris Volley, a ce profil de gagneur ?
Oui comme tous les Américains. John Speraw, l’entraîneur de l’équipe nationale des Etats-Unis et son coach à UCLA, me l’a vivement conseillé. J’ai visionné des vidéos et j’ai été très impressionné par le central américain pour un joueur de cet âge. A 22 ans, le joueurs des Bruins est un excellent serveur ce qui est rare pour un central de 2 mètres avec ses 42 aces pour 91 matches avec l’équipe de Los Angeles. Il a un profil complet, autant bon défenseur qu’attaquant lorsqu’il en a l’occasion. C’est une belle prise.

Pourquoi l’avoir recruté alors que vous aviez déjà sous contrat Ardo Kreek et Franck Lafitte ?
Trois centraux dans une équipe, ce n’est pas de trop. Mais nous avons aussi engagé Stahl par précaution. Après sa longue blessure, on espère que Franck Lafitte retrouvera la totalité de ses moyens. Si ce n’était pas le cas, on ne pouvait pas continuer uniquement avec Ardo Kreek. Si tout le monde est à 100%, cela créera alors une saine émulation et une concurrence qui ne pourra être que bénéfique au Paris Volley. Reste maintenant à trouver, au minimum, un pointu et deux réceptionneurs-attaquants.

----------------------------------------------
Mitch Stahl par John Speraw, coach de la Team USA
L’histoire de Mitch Stahl avec les Bruins de UCLA a pris fin le 15 avril, après la défaite de Los Angeles contre l’université d’Irvine en quart de finale de la conférence Pacifique. Après 4 ans et 91 matches pour les Angelinos, "Mitch est devenu un homme et un joueur mature et équilibré, a expliqué John Speraw son coach sur le site de UCLA. Cette saison, il nous a apporté son leadership et s'est transformé en un joueur de volleyball complet. Son service est devenu l'un des meilleurs des Etats-Unis. C’est une vraie arme, a reconnu l’entraîneur de l’équipe américaine de volley ".
Avant peut-être de devenir l’arma fatale du Parais Volley, Mitch Stahl a inscrit 42 aces lors de ses 4 saisons à UCLA avec, rappelons-le ses 2 mètres pour 97 kg, pour un total de 218 points. Avec 57% de réussite au service, le natif de Chambersburg en Pennsylvanie (au Nord de Washington) est le 6e meilleur serveur au ranking de la NCAA volley, la ligue universitaire américaine de volley.

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.