Remettre les gaz

03 février 2018

Après sa défaite rageante à Poitiers, le Paris Volley accueille le GFC Ajaccio pour la 16e journée de Ligue A masculine, samedi à 19h30 à Charpy.

Il faut tourner la page. Tombé à Poitiers (3-1) alors qu’il menait logiquement durant un set et demi, le Paris Volley est revenu bredouille de son déplacement chez un des cadors du championnat. Un match par moment très chaud sur le parquet qui marque le second revers parisien durant le mois de janvier. Après avoir rebondi contre Toulouse, suite à une défaite à Tours, c’est face à Ajaccio que les coéquipiers de Nuno Pinheiro devront remettre les gaz et repartir de l’avant face à son public de Charpy, samedi à 19h30, devant les caméras de la chaîne L’Equipe.
Le GFCA est une équipe sur courant alternatif depuis le début de saison en alternant bons matchs et rencontres inabouties. Et cette semaine écoulée à été à l’image de la saison corse. Les hommes de Frédéric Ferrandez ont été d’une insigne médiocrité dans leur antre du Palatinu samedi dernier en championnat face à Nantes-Rezé (défaite 1-3) avant de se qualifier le mercredi suivant pour les quarts de finale de la CEV Cup.
Samedi d’abord, les Gaziers ont été trop irréguliers et même hors sujet, selon l’analyse de leur coach dans le quotidien Corse-Matin, face à Nantes. Il faut dire que le GFCA a dû évoluer sans son pointu argentin Pepe Gonzalez, forfait de dernière minute à cause d’une blessure au genou, blessure qui devrait l’éloigner des terrains jusqu’au milieu du mois de février. Ludovic Castard a pris le relais de l’Argentin, d’abord avec succès puisque l’équipe de la Cité impériale menait à l’orée du money time avant de baisser pavillon face aux coups de boutoir du pointu ligérien Robin Overbeeke et de perdre le premier set puis la deuxième manche. Si Ajaccio a retrouvé son élan dans la 3e manche, le GFCA est retombé dans ses travers, face à un collectif nantais supérieur, dans le 4e et dernier set. « On n’a pas su jouer en équipe et chacun a voulu faire la différence individuellement, ce qu’il fallait bien sûr éviter face à Nantes, a analysé le coach Frédéric Ferrandez dans Corse-Matin avant d’évoquer un match totalement hors sujet ». Avec 40% seulement de réussite en attaque et 29 fautes directes contre Nantes, Ajaccio a vécu une soirée cauchemardesque.
Trop irréguliers en championnat pour viser le haut du tableau (Ajaccio est actuellement 7e avec un bilan à peine positif de 8 victoires et 7 défaites), les Gaziers connaissent une éclaircie salvatrice en coupe d’Europe. Mercredi soir, les coéquipiers de Jean-François Exiga se sont facilement qualifiés pour les quarts de finale de la CEV Cup face à la formation suisse d’Amriswil (3-0) en un peu moins d’une heure au Palatinu. Le match a viré à la démonstration, un match de préparation, en somme, avant l’affrontement contre le leader parisien.
Avec son parcours en dents de scie en championnat (5 revers sur 8 rencontres à domicile), le GFCA est capable du pire comme du meilleur. Attention, car le bilan ajaccien est plutôt brillant à l’extérieur avec 5 succès sur 6 voyages sur le continent. Le Paris Volley n’aura pas la partie facile face aux Corses qui ne veulent surtout pas rentrer dans le rang en LAM et souhaitent accrocher leur objectif principal qui est, dans un premier temps, de participer aux play-offs pour se qualifier ensuite pour une nouvelle coupe d’Europe. Attention, danger.

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.