Qui s’y frotte s’y pique

16 novembre 2018

le Paris volley se rend à Illac pour le compte de la 6 ème journée de Ligue B.

Les passionnés de volley de la génération AB production se souviendront de cette série où la figure
de proue attirait à elle les plus beaux garçons comme le miel attire les abeilles.
Aujourd’hui, la tête de gondole de la Ligue B (et historiquement du volley français avec sa kyrielle de
titres) est bel et bien le Paris volley. Mais ce sont les abeilles de la Ruche Arena, le naming auto-créé
avec finesse par le club de Saint-Jean-D’Illac pour sa salle Pierre Favre, qui sont toutes virevoltantes à
l’idée de rencontrer les partenaires d’Ardo Kreek ce samedi 17/11 à 18h.
En effet, à l’occasion de la 6 ème journée de Ligue B, le leader invaincu -sans perdre le moindre set- du
championnat se rend en Aquitaine pour rencontrer une des figures montantes du volley
professionnel, l’ASI Volley. Et le club de la périphérie bordelaise vient de monter en Ligue B
justement. Mais le coach adverse, Anisse Guechou, déclare en toute transparence que l’objectif du
club est de continuer à gravir les marches menant à s’assoir durablement sur un des strapontins de la
Ligue Nationale de Volley.
Et même si le début d’exercice est comptablement difficile, avec seulement 4 points au compteur, la
9 ème place d’Illac est trompeuse puisque deux de ses quatre défaites se sont soldées par des tie-
breaks bien serrés à l’extérieur et chez des piliers du championnat tels que Nancy et St Quentin. En
menant même deux sets à rien à Nancy… C’est dire si, malgré ce manque de réussite, les jaunes et
bleus (abeilles mutantes, qui sait ?) ont quelques dards à planter.
Et ces joueurs, le coach du Paris Volley, Dorian Rougeyron, en connait certains que trop bien. En
effet, en face d’eux, les parisiens vont trouver deux anciens de la capitale. Tout d’abord, Romain
Bonon, le passeur, qui a muri au club sous les ordres de Dorian alors entraineur du CFC (le centre de
formation faisant office d’équipe réserve) et qui a participé activement au titre de champion de
France de Ligue A en 2008 avec notamment la fameuse « lob-ato » du nom de ce service sur balle de
match, ayant lobé en ½ finale le joueur du même nom évoluant à Poitiers (on en cauchemarde
encore à Lawson-body et sur l’oreiller d’Olivier Lecat, le coach poitevin d’alors). Issu du même cru, le
franco-brésilien Carlos Antony -dit Kadu- a lui aussi porté fièrement les couleurs parisiennes. Les
deux joueurs s’étaient promis de se retrouver et c’est sous l’ordre d’un autre ancien et pilier de la
Maison Parisienne, l’entraineur Anisse Guechou que cela s’est fait en terre bordelaise.
Anisse, ancien entraineur lui aussi du CFC parisien et statisticien auprès de Dorian, déclare d’ailleurs,
connaissant très bien le banc parisien : « Je me suis fait depuis 3 mois tous les scénarios de cette
confrontation. J’ai le plan A, le B, le C et si cela ne suffit, on trouvera d’autres solutions » dit-il avec la
pointe de malice caractérisant l’entraineur à la démarche « façon 1Oh10 » caractéristique.
Les plans de match seront donc déterminants et les centraux Franck Lafitte et Ardo Kreek (toujours
en l’absence d’Alex Weyl se remettant de son entorse grâce aux excellents soins du kiné parisien)
seront essentiels pour appliquer les consignes du tacticien hors pair qu’est Dorian Rougeyron.
L’objectif du maître à jouer, Gjorgi Gjorgiev, renommé Gigi par ses partenaires, reste d’enchainer les
victoires mais il devra se méfier du manque « d’inquiétude nécessaire » dont faisait état, hier, à
l’entrainement, le coach parisien.
Et en face, en plus de Bonon et Kadu, les abeilles peuvent notamment compter sur l’expérimenté
Adrien Taghin qui a déjà montré régulièrement son efficacité en Ligue B, et sur l’ancien
montpelliérain, le serbe Cedic, en difficulté depuis le début de saison mais qui semble être mieux

cette semaine. Ils s’appuieront aussi sur Hugo Moulinier -dit La Moul’- qui figure actuellement au
premier rang du classement statistique des réceptionneur-attaquants avec un index de 0,33846. A
Paris, ce sont Ardo Kreek (pour les centraux) et l’argentin « Pepe » Gonzalez (pour les pointus) qui
font la marche en tête à l’évaluation chiffrée à leur poste respectif.
« Qui s’y frotte s’y pique » promet donc l’affiche du match commise par le club aquitain. Samedi, aux
alentours de 2Oh30, nous saurons laquelle des deux équipes se retrouvera en état de choc !

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.