Poitiers renverse le Paris Volley

29 janvier 2018

Poitiers s'est imposé à domicile face à Paris (21-25, 26-24, 25-23, 25-18 en 1h56), samedi soir pour le compte de la 15e journée de Ligue A masculine. Les joueurs de la capitale restent toutefois leader du championnat.

Mohamed Al Hachdadi doit aimer Paris. Au match aller, la salle Charpy avait découvert ce pointu marocain qui avait malmené les joueurs de la capitale en étant le grand artisan de la claque poitevine (0-3). Samedi soir, pour le match retour à Lawson-Body, c’est le Paris Volley qui, plus d’un set et demi durant, a malmené le SPVB et mis sous l’éteignoir un Al Hachdadi transparent, comme il faut dire lors de ses matchs depuis le mois écoulé. Mais le Marocain est sorti de sa boîte au cœur de la deuxième manche pour sonner la révolte, « réveiller la force » endormie jusque-là et devenir ainsi « l’homme providentiel » des locaux comme l’explique ce dimanche matin le quotidien poitevin Centre-Presse. Quand Al Achdadi va, le SPVB va, et samedi soir le match contre les Parisiens en a été l’exemple patent.
Comme prévu l’entame de la rencontre est serrée. Les hommes de Dorian Rougeyron, qui ont dû se passer des services de Roland Gergye, virent en tête au premier temps mort technique (6-8) et appuient même sur l’accélérateur avec un service gagnant de Pavel Kuklinski sur Menelaos Kokkinakis et Wouter ter Maat qui cueille les fruits d’une réception poitevine ratée (6-11). La pression parisienne anesthésie toutes les velléités de hommes de Brice Donat et de leurs supporters dans une salle Lawson-Body étonnamment calme. Mais point après point, le SPVB revient un peu en serrant son jeu en défense et en profitant aussi des attaques trop longues de Kuklinski, Kreek et Ter Maat (11-13). Mais le central parisien Mitch Stahl assure successivement sur une belle carte postale puis un block sur son vis-à-vis poitevin avant un beau rallye conclu par une pipe de Julien Lavagne (13-16). Les joueurs de la capitale tiennent le bon bout et ne vont pas le lâcher. Stahl désarçonne encore la réception de Poitiers (13-19) et permet aux Parisiens de gérer au mieux son money time. Au centre, Kreek se nourrit des réceptions manquées des locaux. Un service dans le filet offre 6 balles de set à Paris. Le SPVB repousse l’échéance avec deux blocks sur Lavagne et Pinheiro et la mire touchée par Wouter Ter Maat. Mais à la 4e tentative, Lavagne tape fort dans les mains du block poitevin et offre la première manche au Paris Volley (21-25 en 28 minutes).
Les joueurs de la capitale continuent sur leur lancée, font moins de fautes directes et le SPVB subit toujours, avec notamment les services de Kuklinski (7-8). Ardo Kreek en profite alors pour entamer une série qui aurait pu, aurait dû même, être rédhibitoire. La première lame au service du massif central estonien démonte la réception poitevine et la seconde lame parisienne en profite : Stern est méchamment blocké, Ter Maat pousse dans les mains de Mohamed Al Hachdadi et la diagonale de Lavagne enfonce un peu plus le SPVB. 8-13. On ne le sait pas encore mais Poitiers vient alors de toucher le fond mais comme l’a bien expliqué Archimède il va (hélas) remonter. Jusque-là transparent, c’est Al Hachdadi qui va sonner illico la révolte. Ce n’est pas la cavalerie légère que sort l’artilleur marocain mais c’est la grosse Bertha. D’abord il conclu le rallye suivant grâce à une défense, d’abord, miraculeuse même si Stahl n’a pas su terminer l’action. Ensuite, il libère des services destructeurs (2 aces célébrés comme le fait Cristiano Ronaldo pour ses buts au Real Madrid) et achève le travail en bout de ligne, poste 2. Poitiers reprend le score 16-15 et Lawson-Body exulte. Baptiste Geiler en profite aussi pour se réveiller et voilà le SPVB remis sur les rails. Pourtant, Paris ne dépose pas les armes et repasse en tête dans un money time splendide et suffocant (18-21). Poitiers joue aux montagnes russes, retrouve son block et recolle au score sur une série de Jan Zimmerman (21-21). Les Parisiens s’accrochent, remportent un rallye sur une faute finale d’Al Hachddi et mais remonter une première balle de set sur un block du pointu marocain sur Lavagne. Sur un service de Bjelica, Pinheiro renverse sur Ter Maat qui annule l’avance poitevin (24-24). Rentré pour engager, Valentin Bouleau sert directement dans le filet pour une 2e balle de set poitevine. C’est la bonne : le parpaing d’Al Hachdadi au service est mal réceptionné par Lavagne, près du banc Pinheiro remet dans le jeu comme il peut mais en poste 4 Stern ne profite pas de la situation … et ça continue sur Kuklinski ralenti par un block à 2 poitevin qui permet dans un second temps à Gael Tranchot de pousser la balle au bout de la ligne et du suspense. Aïe ! (26-24 en 33 minutes).
Poitiers revient de loin et la question est de savoir comment voir réagir les joueurs de la capitale. Stahl apporte sa solidité au block et au service alors que Mohamed Al Hachdadi reste sur son petit nuage à l’image de cette attaque derrière sa ligne des 3 mètres qui transperce la défense parisienne alors que le ballon arrivait derrière le Marocain (7-5). Quand tout sourit … Le SPVB fait un premier écart grâce à Geiler et son block (8-5 puis 14-9) mais Paris n’abdique pas. Kuklinski s’y prend à 2 fois pour battre le block adverse, Ter Maat se réveille, Barais rate le coche au terme d’un beau rallye et Pinheiro sert un ace pour confirmer le retour parisien (15-15). Stahl est à 2 doigts d’attraper Al Hachdadi mais le contre sort de peu. Dommage car Poitiers va donner un dernier coup de rien décisif au terme d’un rallye qui voit l’attaque de Lavagne trop longue (19-17). Le madré Geiler pousse juste ce qu’il faut dans les mains du block parisien, Ter Maat est trop long et, très haut et puissant, Kokkinakis offre 3 balles de set aux locaux. Grâce à Kuklinski et un gros block de Kreek, Paris revient à un point. Les coéquipiers de Pinheiro arrivent à remonter un smash d’Al Hachdadi mais Lavagne transmet comme il peut à Ter Maat qui voit son attaque aux 3 mètres mourir dans le filet (25-23 en 33 minutes).
Le Paris Volley ne se relèvera pas de ce double coup de massue. La quatrième manche est anecdotique. Poitiers s’échappe entre les deux pauses techniques (8-6 puis 16-9). Un service trop long de Pinheiro offre 8 balles de match au SPVB. Kreek et un ace de Kuklinski retardent l’échéance mais à la 3e tentative le smash le long de la ligne de ce satané Mohamed Al Hachdadi clôt les débats (25-18 en 24 minutes).
Le Paris Volley revient bredouille de son voyage dans le Poitou. Dommage car Chaumont avait laissé échappé un point dans sa bataille gagnée contre Tourcoing (3-2). Samedi prochain à Charpy à 19h30, devant les caméras de L’Equipe, les joueurs de la capitale voudront reprendre leur marche en avant contre Ajaccio.

LE MATCH EN CHIFFRES
28 : les points de Mohamed Al Hachdadi, le meilleur marqueur du match, avec 43% de réussite en attaque et + 17 d’évaluation.
18 : les points du meilleur marqueur parisien Wouter Ter Maat. Le Hollandais volant est à créditer de 40% de réussite en attaque et + 6 d’évaluation.
5 : les blocks parisiens contre 12 aux Poitevins.
31 : les fautes directes parisiennes dont 12 durant le premier set.

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.