On refait le match

09 mars 2018

Le Paris Volley affronte à nouveau Ajaccio (vendredi à 20h à Charpy), un mois après sa nette victoire 3-1, succès invalidé par une erreur de la table de marque dans la deuxième manche.

C’est une première que va accueillir Charpy vendredi soir. L’antre du Paris Volley va accueillir le premier match à rejouer de son histoire. Si bisser est une chose classique dans les théâtres de la capitale, les salles de sport accueille très rarement, quel que soit le sport, un même spectacle, une même rencontre. Donc, le Paris Volley accueille Ajaccio pour la seconde fois, pour le compte de la 16e journée de LAM, à cause d’une erreur de la table de marque au début de la deuxième manche.
C’est une première aussi pour tous les joueurs parisiens. En effet, qu’il soit français ou étranger, aucun joueur n’a dû rejouer un match dans sa carrière. Et pour cause. Depuis une vingtaine d’années (car on n’a pas osé chercher au 20e siècle), c’est le second match que la LNV fait rejouer après un erreur de la table de marque – déjà – lors d’une rencontre opposant Poitiers à … Ajaccio – décidément – lors de la saison 2001-2002. « C’est une décision loufoque, a ironisé le président parisien Michel Rougeyron, d’autant plus que nos joueurs ont notifié son erreur à la table de marque mais qu’elle n’a rien voulu savoir. C’est la raison pour laquelle nous avons fait appel de cette décision de rejouer la rencontre. Je souhaite que nous soyons rétablis dans le résultat final du premier match ».
Après la décision des instances du volley d’exclure le club de la capitale et de le reléguer en Ligue B pour raisons financières, c’est sur le sentiment d’injustice qu’ont agi le président et le coach parisiens pour motiver, s’il en était besoin, un groupe qui vit plutôt bien cette période agitée. « Même si on s’y attendait au moment où Ajaccio a déposé sa réserve, la décision a dû mal à passer, avoue le coach parisien Dorian Rougeyron. En outre, le GFCA va récupérer deux joueurs absents il y a un mois, dont son pointu. Face à cela, il nous reste la rébellion sur le Teraflex. Les joueurs seront remontés et déterminés ».
C’est en effet une équipe d’Ajaccio requinquée qui débarque vendredi à Charpy. Plutôt sur courant alternatif une bonne partie de la saison, la formation de Frédéric Ferrandez est « repartie de l’avant » pour reprendre le titre du quotidien Corse Matin après sa nette victoire (3-0) sur Rennes mercredi soir en match avancé de la 21e journée, vous suivez ? Une journée qui se jouera la semaine prochaine (Paris recevra d’ailleurs Tourcoing vendredi) pour laisser la place ce week-end aux finales de Coupe de France. Depuis un mois, le GFCA va mieux et vise la cinquième place du classement dans l’optique des playoffs. Il faut dire que le grand absent de l’hiver, le pointu argentin Jose Luiz Gonzalez est revenu pour porter les Gaziers aux côtés de Timothée Carle, entre autres. C’est donc une équipe totalement transformée, par rapport à celle entrevue il y a un mois, qui débarque dans l’antre parisien pour « performer et réaliser un coup à Paris » poursuit Corse Matin ce vendredi matin. Et le technicien corse de conclure la finalité de ce match à rejouer : « Il y a beaucoup à gagner pour le GFCA et peu à perdre ». Repassé troisième à 3 points de Chaumont et 4 longueurs de Tours, le Paris Volley doit l’emporter nettement pour rejoindre le CVB à deux journées de la fin du championnat. On refait le match … et la victoire avec.

Dom_du_52

Mauvaise passe... ! Soyons clairs, sur ce match en lui même, victoire pas volée d'Ajaccio 2 jours après un match en Corse...

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.