Nantes renverse le Paris volley

24 février 2017

Les Parisiens se sont inclinés au tie-break face au NRMV (22-25, 25-23, 25-21, 22-25, 20-22 en 2h17), jeudi à Charpy pour le compte de la 18e journée de Ligue AM. C’est la deuxième défaite consécutive à domicile après la succès de Montpellier à Paris.

Décidément, le Nantes Rezé Métropole Volley a fait bien des misères cette saison aux champions de France. Après avoir éliminé les Parisiens en quart de finale de la coupe de France, les hommes de Martin Demar se sont imposés en 5 sets, jeudi soir, à Charpy.
Pourtant, les locaux prennent le score dès l’entame du premier set. Mais le block nantais commence à prendre la mesure d’Ardo Kreek notamment (3-5). C’est grâce à un block de Diefenbach sur Franco que Nantes vire en tête au premier temps mort technique (5-8). Et ce contre nantais va faire mal aux Parisiens tout au long de la rencontre avec 21 points. Les futurs finalistes de la coupe de France maintiennent la pression après notamment ce superbe rallye, et ils seront nombreux ces points au long cours, conclu par Overbeeke (6-9). Le pointu néerlandais pose un parpaing et Caldwell transperce la défense parisienne d’une superbe pipe (6-10). Rien à dire. Nantes maintient son avance malgré les attaques de Gergye et Kreek qui manque de peu d’attraper Diefenbach (9-12). Caldwell place un ace, Franco ne trouve pas le cadre et Diefenbach fixe (13-16) : Nantes s’échappe irrésistiblement face à des Parisiens sans réponse. Un ace de Baetens permet aux visiteurs d’accéder au money time avec une avance significative (16-20). Franco et un block de Kaba maintiennent, un temps, Paris à flot (18-22) mais un rallye conclu par Overbeeke et un service de Franco dans le filet offrent 4 balles de set aux Nantais. Gergye retarde l’échéance avant d’être blocké par le duo Overbeeke-Holubec pour le gain de la première manche au NRMV (22-25 en 28 minutes).
Le deuxième set démarre comme le premier. Les hommes de Dorian Rougeyron prennent le score après notamment ce block de Kreek sur Overbeeke (4-1). La Pris Volley avec Gergye puis Kaba semble prendre la mesure de son adversaire et vire en tête à la première pause (8-5). Pinheiro blocke Baetens et Paris s’envole (12-9). Overbeeke ne passe plus, il est contré deux fois, et Koga lance une pipe dévastatrice de Gergye (15-10). Les champions de France mettent facilement la main sur ce set. Overbeeke annule bien une première balle de set (19-24), Caldwell blocke ensuite Kaba, Holubec contre Franco, Gergye ne passe pas plus le block nantais … tiens Paris cale au plus mauvais moment. Ouf ! Gergye se reprend une dernière fois et voit sa diagonale clôturer la manche (25-23 en 27 minutes).
La bataille devient épique, héroïque et passionnante dans le 3e set. Les deux équipes ne lâchent pas, s’accrochent l’une puis l’autre en défense lors d’une succession de rallyes homériques. Kaba s’y prend à 3 fois pour conclure un rallye (9-9), Franco conclut un point au long cours, Gergye est blocké, Nantes remporte un nouveau rallye grâce à Diefenbach (11-13) avant que Thiago Sens ne lui réponde (15-14). Le réceptionneur-attaquant brésilien permet aux locaux d’être en avance, de peu, au second temps mort technique (16-15). Nantes repasse devant après un block sur Sens et une fixation d’Holubec (17-18). Ce sera la dernière fois. Le duo Kreek-Franco blocke une attaque nantaise avant deux feintes de Gergye (21-19). Paris accélère encore grâce à un ace de Kreek et Gergye, intenable (24-20), qui offre 4 balles de set aux champions de France. Diefenbach retarde l’échéance mais une faute nantaise (un service directement dans le filet) permet à Paris de mener 2 manches à 1 (25-21 en 28 minutes).
Les locaux débutent mal le quatrième set, une manche dans laquelle ils ne mèneront jamais. Pinheiro passe par le centre avec Kreek et Kaba mais à ce petit jeu de fixation Nantes est plus fort avec Diefenbach (5-8). Mais le Paris Volley voudrait bien conclure le match et s’accroche jusqu’à égaliser avec une belle diagonale de Franco (12-12) qui arrive, pour une fois, à se débarrasser de la pression adverse. Overbeeke, qui feinte au-dessus du block parisien, permet à ses coéquipiers d’être en tête à la seconde pause technique (16-18). En avance à l’orée du money time, les hommes de Martin Demar, résisteront-ils à la pression ? Oui, indéniablement. Malgré trois fautes consécutives (21-22), le NRMV donne même un dernier coup d’accélérateur pour plier la 4e manche : Diefenbach fixe, Gergye est blocké avant que le central n’envoie les deux équipes au tie-break (22-25 en 29 minutes).
Et, encore une fois, le tie-break est suffocant. Franco et Gergye mettent les champions de France sur de bons rails (8-5). Kreek puis Sens donnent une avance logique aux locaux (12-10). Mais Paris va coincer : Overbeeke feinte, l’attaque de Franco est remontée et voilà Caldwell qui égalise (12-12). Les deux équipes ne se lâcheront plus jusqu’au dénouement final. Paris a sa première balle de match sur un block out de Thiago mais Caldwell ne tremble pas (15-15). La deuxième balle de match parisenne, sur un ace de Pinheiro, est annulée par Overbeeke qui s’y prend à deux fois (17-17). Pour les deux balles de match parisiennes suivantes, les services de Kreek et Thiago sont hélas trop long (19-19). Cardiaques s’abstenir. Nantes prend alors la main après un block à trois sur Gergye. Et c’est sur une action similaire que Nantes plie le match sur sa 3e balle de match nantaise : Gergye, héros parisien jeudi soir, est renvoyé dans son camp sur un énorme block nantais (20-22 en 25 minutes).  
Dommage. On en peut crier au scandale, tant la pression du contre des coéquipiers de Martin repak a été permanente et usante. Après avoir gagné à Chaumont et Tours, le Paris Volley n’a pu enchaîner face à Montpellier puis, ici, Nantes. Toutefois, les champions de France restent bien accrocher à leur 4e place, au classement de la LAM, avant de se déplacer mercredi à Friedrishchafen, pour la dernière fois en Ligue des champions, puis à Narbonne, chez la lanterne rouge, le 4 mars.

Les chiffres ahurissants du match :
32 : les points de Robin Overbeeke, le meilleur marqueur de la rencontre (53% de réussite en attaque).
28 : les points de Roland Gergye, meilleur attaquant parisien (55% de réussite en attaque) devant Franco (20 points).
21 : le nombre de contres nantais. Plus de la moitié (11) a été l’œuvre de Diefenbach.
14 : les blocks parisiens (4 pour Kaba et 4 pour Kreek).

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.