Le Paris Volley fait plier Mende

29 octobre 2018

Le Paris Volley est resté invaincu en l’emportant 3-0 à Mende (24-24, 24-26, 12-25 en 1h19). La valeureuse formation du Gévaudan a poussé la formation de la capitale dans ses derniers retranchements lors des deux premières manches.

Dans une salle Piencourt remplie jusqu’à la gueule et incandescente, le Paris Volley a
su se sortir du piège lozérien avec la manière grâce à un succès net, 3 sets à 0.
Attention, ne vous y trompez pas. La rencontre a été plus difficile et plus serrée que ce
sweep (le troisième en autant de match) peut laisser paraître. En effet les joueurs de
la capitale l’ont emporté au bout des deux premières manches par la plus petite des
marges. Et, qui plus est, le coach parisien Dorian Rougeyron a eu quelques réponses
quant au calme et à la lucidité de ses joueurs sous la pression d’une salle bouillante et
d’un adversaire au contact dans le money time, pour la première fois de la saison.
« Le Mende Volley Lozère a fait jeu égal avec les Parisiens pendant deux sets. Si la
défaite est logique, le score est sévère pour de vaillants lozériens. Les supporters
n'ont pas été déçus avec un spectacle de toute beauté» expliquait le quotidien Midi-
Libre dimanche.
La première manche débute sur les chapeaux de roue pour les locaux par un block de
Da Silva. Il faut attendre le 5e point pour voir le Paris Volley marquer sur sa propre
attaque, celle de son passeur Gjorgi Gjorgiev (3-3). Les deux formations restent roue
dans roue jusqu’au money time. Un ace de Kerboua et une attaque de Da Silva
donnent un léger avantage aux locaux (14-12), un avantage immédiatement annulé
par deux erreurs en attaque du MVL. José-Luis Gonzàlez permet alors aux visiteurs
de prendre le score (18-20). Mende recolle, Piencourt pousse les siens et se prend à
rêver du premier set lorsque Mocanu égalise à 22-22. Mais sous la pression, Paris
maîtrise la situation et Lafitte donne le set aux Parisiens après un service
monumental d’Ardo Kreek (26-24 en 29 minutes).
« Ce qui a fait la différence dans les deux premières manches c’est le bloc-défense.
On a bien réceptionné, bien servi, mais on a manqué un peu à ce niveau-là. Ensuite,
on a fait deux erreurs, mais qui ont tout changé » a analysé le passeur Espagnol,
Jesús Bruque dans le Midi-Libre.
Le second set part sur des bases identiques. Si Mende fait la course en tête à l’entame
de la manche (4-2 puis 6-4) c’est Paris qui vire en tête à la première pause technique
(7-8) et conserve son avantage jusqu’à l’orée du money time (17-19). Mais le MVL
administre un 3-0 conclu par un ace de Da Silva (20-19) avant de commettre deux
erreurs (20-22). Poussé par son public, les hommes du Gévaudan ne lâchent pas et
reviennent au score (23-23 puis 24-24). Kreek se charge alors de clore les débats (24-
26 en 29 minutes) et permettre à Paris de mener 2 sets à 0 avant la pause de 10
minutes.
Les Lozériens ne se remettent pas de la perte de deux premières manches. Le
troisième set est un calvaire pour les Lozériens qui flanchent peu avant les deux
temps morts techniques (5-8 puis 8-16). Touchés psychologiquement, les joueurs de
Mende n’ont pas la force de revenir. « On a baissé notre niveau à cause d’une
question d’intensité. Ce n’est pas de la fatigue physique, c’est plutôt de la
concentration. Nous devons vraiment y travailler parce que nous avons fait la
même chose face à Cambrai et Nancy : on joue à un très bon niveau, puis on tombe
un peu dans le set suivant. Plus l’équipe en face est expérimentée, plus la sanction est
lourde » a reconnu le passeur du MVL. La sanction tombe donc, sévère : 12-25 en 21
minutes.

Les Mendois, promus faut-il rappeler en LBM, ont prouvé qu’ils avaient le niveau de
jouer les trouble-fêtes dans l’anti chambre de l’élite. De son côté, le Paris Volley
poursuit son parcours parfait.

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.