Le Paris Volley balaie Toulouse

22 janvier 2018

La formation de la capitale s’est facilement imposée 3 sets à 0 (25-18, 26-24 et 25-14 en 1h23) face aux Spacer’s de Toulouse, samedi lors de la 14e journée de Ligue A masculine. Le Paris Volley est, à nouveau, seul leader du championnat.


Après sa sèche défaite à Tours (3-0), une semaine plus tôt lors du Clasico, le Paris Volley a repris sa marche en avant et remportant sans difficulté sa 11e victoire de la saison, samedi à Charpy, face à une bien pâle équipe de Toulouse. Des Spacer’s « trop démunis » pour reprendre le titre du quotidien La Dépêche ce dimanche matin pour espérer s’imposer dans la capitale « face à la grosse qualité de services des Parisiens ».
Le premier de la rencontre donne le ton du match : après un service de Julien Lavagne, deux Spacers se gênent à la réception et le pointu de Toulouse Bram Van den Dries voit son attaque blockée par Roland Gergye. Alors que les attaques du pointu belge ne passent pas, celles de son vis-à-vis parisien Wouter Ter Maat a plus de chances pour transpercer le contre toulousain (3-1). Le Paris Volley vire aisément en tête à la première pause technique (8-4) grâce à de nouvelles erreurs au service des visiteurs et grâce aussi à une série de Mitch Stahl. Même en passant par le centre, les Haut-Garonnais en trouvent pas la parade à l’image de Nicolas Burel, en poste 3, qui voit son ballon sortir. 10-2, les Parisiens s’échappent irrémédiablement. Le passeur francilien Nuno Pinheiro trouve au centre Ardo Kreek (12-8) qui maintient, dans la foulée, la pression au service (16-9). Lavagne blocke Van den Dries, Ter Maat puis Gergye s’imposent en bout de ligne et voici que l’attaque trop longue de Van den Dries offre 9 balles de set aux Parisiens (24-15). Toulouse repousse deux fois l’échéance mais un dernier service dans le filet clôt une première manche à sens unique (25-18 en 26 minutes).
Le deuxième set sera beaucoup plus serré grâce à des Toulousains plus agressifs et incisifs à l’image du premier point remporté, un block sur Kreek. Les locaux prennent une première petite avance après un block sur Van den Dries et deux services gagnants de Ter Maat (5-2). Luka Basic sonne alors la révolte avant une belle attaque, le long de la ligne, du pointu occitan. Toulouse n’est pas (encore) mort et le prouve : les Spacers servent mieux, donnent plus de fil à retordre aux Parisiens, remportent de beaux rallyes grâce notamment à un Chinenyeze impressionnant au centre (il finira à 100% et 8/8) et ainsi restent au contact (8-6 puis 15-13). Diogenes Zagonel blocke Lavagne, Basic poursuit son œuvre en bout de ligne et voici Toulouse qui recolle (16-16) grâce à la pression de ce diable de Zagonel au service. Les Haut-Garonnais prennent même le score sur un ace de Zagonel (encore !) qui bouscule ensuite la réception parisienne et permet à Van den Dries de transpercer la défense locale (16-18). Paris a pris un bouillon en 2 minutes : 0-5. Ter Maat s’y prend à 2 fois pour stopper l’hémorragie mais Paris ne peut refaire son retard. Gergye répond à Van den Dries, Chinenyeze envoie toujours ses cartes postales (21-23), Gergye balance un ace mais Zagonel tape fort dans les mains du block parisien et offre ainsi 2 balles de set aux visiteurs. Dans la foulée, la pipe de Lavagne est remontée mais l’attaque de Van den Dries est trop longue. Mitch Stahl entre alors en jeu, décoche un missile sur la réception toulousaine et Van den Dries est encore out. Ouf, égalité à 24 ! Les hommes de Dorian Rougeyron retrouvent leur jeu et leur service au meilleur moment. Kreek blocke Burel (25-24) puis Zagonel ne trouve pas les mains du bloc et voit son ballon sortir. Le coach parisien Dorian Rougeyron lève un poing rageur : 26-24 en 33 minutes. 
Les Spacer’s ont pris un gros coup derrière la tête après la perte d’un set qui leur tendait les bras. Malgré le premier point remporté par les Spacer’s sur une faute au service de Lavagne, la 3e et dernière manche est un chemin de croix pour Toulouse. Gergye remet Paris sur de bons rails, Kreek sert du feu et met Pinheiro dans les meilleures conditions pour distribuer ses caviars à Ter Maat et Gergye (4-1). Le pointu hollandais en rajoute une couche (8-2) avec un ace notamment à la clé. A son tour, Gergye n’est pas en reste (avec aussi un ace) et maintient la pression sur Toulouse (11-3) qui ne se relèvera pas. Une série de Lavagne puis Kreek permettent aux locaux d’aborder le money time avec une avance astronomique (20-8). Dans un dernier sursaut, le contre toulousain blocke Lavagne (21-12) avant que Stahl ne finisse le travail. Pinheiro blocke Zagonel et offre 11 balles de match aux joueurs de la capitale. Chinenyeze transmet une dernière carte postale avant la pipe décisive de Gergye (25-14 en 24 minutes).
La démonstration du Paris Volley a été totale et peut-être trop facile face à Toulouse. En tout état de cause, elle permet aux hommes de Dorian Rougeyron de reprendre en solitaire la tête du championnat combinée à la défaite de Chaumont à Montpellier (3-1). Samedi prochain, c’est Poitiers (5e) un adversaire d’un tout autre calibre qui sera proposé aux Parisiens, même si le SPVB est en perte de vitesse ces derniers temps à la vue de ses 2 dernières consécutives (à Sète et face à Tourcoing). Mais attention à la bête blessée.

Le match en chiffres :
15 : le nombre de points de Roland Gergye et Wouter ter Maat, les meilleurs marqueurs de la recontre. Les statistiques s’équilibrent avec 53% de réussite en attaque et une évaluation de + 10 pour le réceptionneur-attaquant hongrois et 44% de réussite mais une évaluation de + 12 pour le Hollandais volant.
8 : les aces parisiens dont 3 pour Gergye et ter Maat.
9 : les blocks des joueurs de la capitale dont 3 pour Stahl.
29 : le nombre (assez astronomique) de fautes toulousaines (quasiment 2 sets) contre seulement 18 aux locaux.
3 : l’avance du Paris Volley au classement de la LAM sur Chaumont (33 points pour les Parisiens contre 30 au CVB).

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.