Le couteau entre les dents

18 novembre 2017

Après deux défaites consécutives, à Toulouse et face à Poitiers, le Paris Volley (5e) effectue un périlleux déplacement à Ajaccio (7e), samedi soir à 20h lors de la 6e journée de Ligue A masculine. Mais la volonté des joueurs de la capitale de briser le cercle vicieux des défaites est forte.

Il est toujours difficile de s’imposer dans le Palatinu ajaccien. Cet antre incandescent où la pression du public est palpable. S’il fallait le rappeler, le Paris Volley reste sur une amère défaite en Corse, le printemps dernier en quart de finale des playoffs, défaite synonyme d’élimination. Un Palatinu difficile à prendre ? Oui du moins habituellement car cette saison le GFCA a perdu ses 2 rencontres à domicile (pour 3 succès à l’extérieur). Une chose est certaine. Avec les Gaziers, un match n’est jamais fini car il est bien connu que les Corses ne lâchent rien. Ainsi, cette saison ils ont joué quatre tie-breaks, durant ces 5 premières journées de LAM, et en ont remporté trois. Les voisins niçois ont ainsi dû baisser pavillon dans le 5e set mais le dernier succès à Nantes a marqué les esprits. En effet, les hommes de Frédéric Ferrandez étaient menés 2 sets 0 et ont sauvé une balle de match dans la 3e manche avant de renverser la vapeur et de terrasser le NRMV. Après la rencontre, le coach insulaire a reconnu dans le journal local ‘‘Corse Matin’’ que ce succès à Nantes est « un match référence, une victoire importante pour un groupe qui est resté soudé dans l’adversité. L’équipe monte en puissance » a conclu le technicien corse.
Car les doubles détenteurs de la Coupe de France ont changé de visage à l’intersaison. Si le pointu Jovica Simovski a été injustement éconduit après 5 ans de bons et loyaux services, les Gaziers ne se sont pas trompés en recrutant l’international argentin Jose-Luiz Gonzalez. Du haut de ses 2m06, le nouveau pointu du GFCA a déboulé dans le Top 3 des meilleurs pointus de la Ligue A. Second marqueur du championnat (104 points) derrière le Tourangeau Hermans Egleskalns (109), le pointu venu du Panathinaïkos est le numéro 1 en attaques (98 points). A ses côtés, l’ancien Cannois Timothée Carle est l’un des meilleurs serveurs (avec 10 aces, il est juste derrière Roland Gergye) et, au centre, Dejan Radic est le plus gros blockeur de la LAM avec 19 contres. A la baguette, Zeljko Coric et au poste de libéro Jean-François Exiga est indispensable pour transmettre sa grinta à ses coéquipiers.
Côté parisien, l’envie de stopper le cercle vicieux de 2 défaites consécutives a scandé la semaine. Les coéquipiers de Nuno Pinheiro ne se sont pas appesantis sur la sévère défaite à domicile contre Poitiers (0-3), samedi dernier. Les joueurs se doivent une revanche, ils le savent. Ils l’ont minutieusement préparée. Avec un groupe enfin au complet, les joueurs de la capitale vont enchaîner un mois très chargé avec par moins de 5 matchs de championnat en un mois, auxquels il faudra ajouter la Coupe de France. Car les deux formations ne se quitteront pas trop longtemps puisque le GFC Ajaccio rendra visite aux Parisiens, le 28 novembre, pour les 8e de finale de la Coupe de France. Mais avant, le déplacement à Ajaccio ce samedi sera déterminant pour les hommes de Dorian Rougeyron pour rester dans le haut du tableau de la Ligue A masculine.

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.