La Supercoupe a tenu ses promesses

15 octobre 2014

Malgré la défaite en finale de la Supercoupe (3-2) contre Tours, l’équipe parisienne a montré de belles choses.

 

« Tenem équip » avaient titré les journaux sportifs de Barcelone après les rencontres de début de saison d'un grand club de football espagnol jouant en bleu et grenat.

Les supporters parisiens peuvent dire exactement la même chose à l'issue de la courte défaite des leurs en Supercoupe de France, face à Tours 3 à 2 ce mardi soir.

Paris a une belle équipe, forcément différente de celle de l'an passé, moins aérienne peut-être, mais très prometteuse.

Nikola Gjorgiev, le pointu macédonien, ne saute pas aussi haut que Mory Sidibé, mais n'en possède pas moins une puissance de feu et une précision en attaque qui sera destructrice cette saison.

Marko... Bojic n'est pas aussi explosif qu'Ivovic (existe t-il un joueur qui le soit?) mais s'avère être un joueur particulièrement complet. Le genre de joueur qui maintient le navire à flot lors d'un match à l'extérieur dans un ambiance hostile, ou lorsque le reste de l'équipe se cherche.

Dmitrii Bahov a été l'une des découvertes de la soirée. Le joueur à l'allure timide l'est beaucoup moins à l'attaque de la balle, gratifiant le public parisien de magnifiques points en bout de filet. Il possède un joli potentiel.

Jorge Fernandez, le central espagnol du Paris Volley va apporter une dimension physique supplémentaire à la ligne de contre et son service flottant est loin d'être une partie de plaisir pour la réception adverse.

Voilà pour les nouveaux qui étaient titulaires hier soir.

Chez les anciens, Guille Hernan semble plus investi que jamais dans la réussite de l'équipe jouant pleinement son rôle de capitaine tandis qu'Antoine Brizard aura l'occasion de démontrer qu'il est l'un des meilleurs passeurs français, s'il confirme son excellente entrée en jeu lors du 1er set.

Ardo Kreek, le central estonien, peut faire toujours aussi mal en attaque, comme au service.

Enfin, je finirai par celui qui a été selon moi le meilleur parisien mardi soir, le libéro Markus Steuerwald.
Parfaitement affûté, dans le prolongement des championnats du monde, l'allemand s'est transformé en machine à remonter les ballons. Il a été exceptionnel sur plusieurs services monstrueux de Konecny, les transformant en ballons parfaitement exploitables pour son passeur : du grand art.

Par ailleurs, cette équipe a fait preuve d’une capacité à réagir intéressante, comme dans le 4ème set où les hommes de Dorian Rougeyron sont parvenus à retourner une situation mal embarquée (menés 14-18 ils parviennent finalement à emporter la manche 23-25, grâce, notamment, à un Gjorgiev redoutable au service).

Certes, tout n'a pas été parfait ce mardi soir, les parisiens ont parfois flotté en réception et commis des fautes directes, ils ont également manqué de réussite au service mais le talent est là, il ne reste plus qu’à lui permettre de s’exprimer.

Laisser un commentaire

Pseudo (requis)

Mail (requis) - Ne sera pas publié

Commentaire

Code sur l'image ci-contre

Cette étape sert à éviter les messages automatisés.